Guido, le robot-guide bientôt au MUDAM

De juillet 2015 à janvier 2016 aura lieu au Musée d’Art Moderne du Luxembourg (MUDAM), en collaboration avec le Musée des Arts et Métiers de Paris, une exposition intitulée Eppur si muove (Et pourtant elle tourne) s’intéressant aux nombreux liens qui existent entre le champ des arts visuels et celui des techniques. Le robot Guido, œuvre interactive à part entière, accueillera les visiteurs et commentera l’exposition.

Projet artistique d’un robot-guide

Quoi de plus original que d’être accueilli au sein d’un musée par un robot et de partager avec lui quelques commentaires sur les œuvres d’art exposées ? C’est autour de cette idée que le robot Guido a vu le jour. Œuvre à part entière, ce robot-centaure, à l’aspect humanoïde, et au ton un peu provocateur, surprendra, sans aucun doute, les visiteurs.

Sollicité par le MUDAM, l’artiste français Paul Granjon de l’Université de Cardif a imaginé une œuvre d’art interactive. Accompagné par Patrick Hénaff et Alain Dutech sur les aspects scientifiques, Paul Granjon, reconnu pour ses œuvres sur la coévolution humain/machine, a envisagé un robot humanoïde doté d’un humour décalé. Quoi de plus humain que d’avoir de l’humour…

Paul Granjon souhaitait un robot sur roues, dit « centaure » pour faciliter son déplacement dans le musée, mais ayant un aspect humanoïde et une attitude décalée et humoristique, pour interagir avec les visiteurs en les accueillant et accompagnant dans les diverses galeries du MUDAM, comme le ferait un accompagnateur humain.

Comment créer cet humour et ce décalage ? En plus d’avoir construit de nombreux scénarios en fonction des œuvres et du lieu de l’exposition, les étudiants d’Artem, qui ont réalisé ce projet dans le cadre de l’atelier Eppur si muove, disposeront d’une interface de pilotage à distance. La personne qui guide le robot verra avec qui converse le robot et pourra ainsi ajuster son discours. Une animation surprenante garantie !

15 étudiants de formations diverses réunis autour d’un projet inédit

S’inscrivant dans le cadre des ateliers Artem, ce projet pluridisciplinaire réunit, sous la forme d’un atelier pédagogique, quinze étudiants des trois écoles de l’Alliance : l’ICN Business School, Mines Nancy et l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design, accompagnés par les enseignants Patrick Hénaff, Pascal Vaxivière, Maxime Marion et Alain Dutech. De formations diverses et pourtant complémentaires, les étudiants de l’ICN ont travaillé sur la communication et le financement du projet, ceux de l’ENSA ont travaillé l’aspect esthétique et interactifs du robot. Enfin, les étudiants de Mines Nancy ont réalisé la programmation du robot et des adaptations techniques. Ils ont par exemple travaillé pour la première fois sur ROS, Robotic Operation Systems. « Il a fallu mettre au point des algorithmes de navigation et d’évitement d’obstacles », précise Patrick Hénaff, professeur à Mines Nancy et chercheur au LORIA. Concrètement, le robot sera autonome mais pourra aussi être guidé à distance par un médiateur du musée grâce à la caméra et aux capteurs installés. Si Guido apparaît comme une œuvre interactive de médiation, il est aussi un support pour mener à bien des travaux de recherche. Car toutes les données sont enregistrées et les étudiants vont construire la personnalité du robot en fonction des données recensées. Et s’il n’y avait plus de frontières entre Art et Sciences ?

Partenaires : CNAM, Mines Nancy, ARTEM, Fondation Mines, Artem Entreprises, MUDAM, CUGN, LORIA.